AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JOW ♔ I'm falling for your eyes but they don't know me yet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Some are like water,
some are like the heat


✖ MESSAGES : 32
✖ POINTS : 18
✖ EN VILLE DEPUIS LE : 04/08/2012

♪ OH GIVE ME LOVE.
“ Tell us who really matters:
“ What's your motto?:
“ Statut de Rp:

MessageSujet: JOW ♔ I'm falling for your eyes but they don't know me yet   Jeu 23 Aoû - 15:14


Jesse Oliver Waters
18 ans ∞ né à Londres ∞ Anglais ∞ étudiant et plongeur professionnel ∞ célibataire ∞ Groupe ∞ Tom Daley bed
« cause in time we all burn as one »

✖ My Story ✖
« Ça va mon chéri ? » Je me tourne vers ma mère et lui fait un sourire qui se veut rassurant, même si intérieurement je n'ai qu'une envie, m'enfuir en courant et me planquer dans les toilettes. « Oui oui, ça va, t'inquiète pas m'man. » je lui réponds tout en essayant de ne pas me ronger les ongles. Nous sommes à Shanghai, pour les championnats du monde de natation – et donc, accessoirement, de plongeon – 2011. Mon épreuve débute dans moins de deux heures et je crois bien que je n'ai jamais autant angoissé de ma vie. Mon entraineur, Arthur, a passé les deux dernières heures à me faire répéter en boucle mon programme, ce qui n'aide pas vraiment mes nerfs pour le moment. Ma mère, quand à elle, vient tout juste de me demander pour la cent cinquantième fois si j'allais bien, et ma réponse a beau rester la même, elle semble à chaque fois un peu moins convaincue. Ça ne m'empêche pas de continuer à prétendre que tout va parfaitement bien, parce que de toute façon, je n'avouerais jamais que ce n'est pas le cas. « Je vais faire un tour » j'annonce en me levant brusquement, enfilant ma veste Speedo aux couleurs de l'Union Jack offerte par ma fédération. Pas qu'ils me soulent, mais j'ai besoin de me dégourdir un peu les jambes. Et d'évacuer la pression, aussi. « Ne t'éloigne pas trop, Jesse. Il ne faudrait pas que tu sois en retard pour le début de ta compétition. » Je soupire. Si je voulais arrêter de stresser, c'est raté. « T'inquiète, m'man » je grommelle de façon inaudible avant de me détourner et de m'éloigner de la sélection britannique, mes mains engoncés dans mon pantalon de survêt, mes écouteurs enfoncés dans mes oreilles. Je n'ai pas vraiment le temps d'aller très loin, néanmoins. « Eh les gars, regardez ! Ça serait pas Joli Cœur ? » Je grince des dents avant de me tourner vers la source de la voix, mon expression la plus méprisante collée sur le visage. « Derik » je lâche d'un ton froid, détaillant l'ensemble aux couleurs de l'Afrique du Sud de mon rivale d'un regard mauvais. « Te voir ici me surprends. Je croyais que tu étais déjà trop nul pour battre un ado de quinze ans, qu'est-ce que tu fait aux championnats du monde ? » j'ajoute avec un petit sourire arrogant. C'est à son tour de grincer des dents à l'évocation de ces championnats du monde juniors que j'ai mené de bout en bout, il y a deux ans. « Et toi, ça te fait quoi de savoir qu'une fille du même âge que toi affiche un meilleur palmarès ? » Je tourne la tête vers la source de la voix et mon cœur rate un battement à la vue de la beauté qui se tient devant moi. Cette fille est magnifique, aucun doute là-dessus, mais aussi étrangement familière alors que pourtant, je la vois pour la première fois. « Tara Johanson » J'essaie de garder un ton froid, méprisant, mais ça s'avère plus compliqué que prévu – elle est vraiment très très belle. « Ouh, je vois que Joli Cœur a fait ses devoirs, c'est bien. » Un sourire arrogant fleurit sur mon visage. « Toi aussi, apparemment. Puisque tu semble si bien renseignée à mon sujet, n'hésite pas à profiter de ce qui me rends si populaire tant que tu peux » je lui réponds en lui montrant mon torse laissé à nu sous ma veste ouverte et mon visage séduisant d'un geste de la main. L'intérêt quand on est le Golden Boy de tout le Royaume-Uni et très désiré par l'équipe américaine de plongeon, ainsi que la coqueluche de millions de jeunes filles en fleurs à travers le monde, c'est qu'on est sûr d'être séduisant et qu'on peut s'en vanter – s'en servir surtout. « Ne te flatte pas trop, Waters. Tu ne voudrais pas que tes chevilles gonflent trop, ça risquerait de faire trop d'éclaboussures au moment de tes arrivées dans l'eau » répond t-elle d'un ton ironique, mais je vois bien qu'elle est déstabilisée, et son regard qui s'arrête un peu trop longtemps sur mes atouts ne trompe personne. « Quand on a un beau corps, autant en profiter, pas vrai ? » je lui dis avec un regard entendu, faisant bien sûr allusion à ces affiches publicitaires où elle pause en maillot de bain. « Si c'est ça ta technique pour mettre quelqu'un dans ton lit, Joli Cœur, tu ne dois pas ramener de filles à la maison très souvent. » J'éclate de rire. « Et c'est moi qui est arrogant ? Ne te flatte pas trop non plus Johanson ! » je ricane avant de lui faire un clin d'œil insolent. « Sur ce, mesdames et messieurs, j'ai un podium qui m'attends ! » je lance à la cantonade avant de faire une petite courbette ironique. En me redressant, mon regard se pause à nouveau sur ma belle adversaire. « Si tu veux profiter un peu plus du spectacle... viens me voir plonger. » Elle lève les yeux au ciel. « Tu peux toujours rêver, Waters ! Les grands cons trop arrogants n'ont aucun intérêt pour moi ! » Je ris avant de lui faire un nouveau clin d'œil. « Ouais, c'est pour ça que tu te tape Derik ! » je lui lance en m'en allant, tout à fait conscient de mes deux adversaires qui fulminent dans mon dos.

**
« JESSE ! Sors de ta chambre s'il te plait, Enzo est arrivé ! » Je me lève en trombe de mon lit et descends les marches quatre à quatre. Quand j'arrive dans le salon, la première chose que je remarque est que cet imbécile s'est encore laissé pousser les cheveux. « Fréro ! je gueule en lui sautant dessus, pour un peu je t'aurais pas reconnu ! C'est quoi cette coupe de fillette ? » Il éclate de rire et me frotte le haut du crâne comme tout les grands frères du monde ont l'habitude de le faire. « Je ne vois pas ce qu'à ma coupe, Joli Cœur. Elle est très bien comme ça. » Je grimace à l'entente du surnom que le monde entier me donne. « Arrête de m'appeler Joli Cœur, Zo ! Tu sais très bien que j'ai horreur de ça, et en plus, je t'en veux encore parce que tout ça c'est de ta faute. » C'est vrai. Dans un documentaire diffusé sur moi et ma famille, il y a trois ans, cet imbécile profond a eu la bonne idée de me surnommer 'Joli Cœur' devant des millions de téléspectateurs en expliquant que je tombais amoureux comme on change de chemises et que j'enchainais les petites amies sans être capable d'en garder une seule et en finissant toujours avec le cœur brisé. Une vraie fillette, en somme. Les fans trouvent ça, je cite, 'trop adoraaaaaaaaaable' mais je ne suis pas du tout d'accord avec elles. « Rooh ça va hein, tu vas pas me le reprocher jusqu'à la fin de tes jours quand même. » Je lève les yeux au ciel mais ne réponds pas. Au moins, Enzo plaisante avec moi, me montre qu'il m'aime. Ça n'a pas toujours été le cas. Mon demi-frère a très mal vécu le divorce de ses parents, et quand son père s'est remarié avec ma mère, alors que je n'avais que dix ans et que nous étions arrivés en Irlande seulement deux ans auparavant – mes parents sont anglais, je suis né à Londres et ai grandit à Manchester – Enzo a été très dur avec moi. Il nous détestait, maman et moi, à vrai dire. Mais il a finit par se détendre et à accepter le remariage de son père, à m'accepter, et depuis la mort de mon beau-père, de son père, il y a environ deux ans, je crois qu'il nous considère comme sa vrai famille. Nous étions tout les deux aussi touchés que lui par cette disparition, et je pense qu'avoir été obligé de nous soutenir les uns les autres dans cette épreuve a forgé un lien presque indestructible entre nous. « Et sinon, comment ça se passe avec ta bombe sud-africaine ? » Je rougis jusqu'aux oreilles. Je ne m'attendais pas à ce qu'il aborde ce sujet. « Je... Je ne vois pas de quoi tu parles. » je bafouille. Il lève les yeux au ciel, un sourire amusé sur le visage. « Please, ne me dit pas que tu ne sais pas qu'elle a déménagé à Dublin ! Dans le coin qui plus est ! » Je grogne, soudainement de très mauvaise humeur. Bien sûr que si je le sais. A la seconde où Tara a débarqué en ville, tout le monde à la piscine ne parlait plus que de ça. « J'arrive pas à croire qu'on va être forcés de s'entrainer ensemble. » je grommelle, bougon. Mon frère éclate de rire et je lui lance un regard meurtrier. « Mais justement ! Ça va vous rapprocher ! » Un ricanement mauvais m'échappe. Enzo n'a jamais été aussi hilarant depuis que je le connais. Et pourtant, ça va faire neuf ans. « Ah, la blague ! J'ai aucune envie, mais alors vraiment aucune envie de me rapprocher de Tara Johanson ! Je la déteste ! Cette fille se prend pour la reine du monde ! Elle est arrogante au possible, son seul moyen de communication, c'est la provoc, elle se sent systématiquement obligée d'être désagréable et cassante avec les autres, et en plus, elle vient m'emmerder chez moi ! Donne-moi une seule bonne raison pour laquelle je devrais me 'rapprocher d'elle' » je réplique avec ironie, mimant des guillemets avec mes doigts à la fin de ma phrase. Il me lance un regard entendu, et je regrette immédiatement d'avoir dit ça. « Elle est canon. » Là. Qu'est-ce que je disais. Pff, comme si c'était une raison valable. Elle est même pas si belle que ça. Enfin si, mais merde, je la hais. « Tu me gonfle » je lui lance d'un air agacé avant de sourire diaboliquement et de lui balancer un oreiller à la figure. J'éclate de rire à sa tête et nous commençons une véritable guerre en moins de dix secondes. Ce n'est que quand un raclement de gorge se fait entendre que nous nous arrêtons. Je relève la tête, pour voir que ma mère se tient face à nous, l'air vaguement agacée – mais aussi amusée, j'en suis sûr. « Vous n'aurez strictement rien à manger tant que ce bazar ne sera pas rangé » dit-elle de ce ton qu'emploient toutes les mères du monde pour faire preuve d'autorité. « Et dépêchez-vous, ou ça sera froid » ajoute t-elle avant de tourner les talons et de refermer la porte derrière elle. J'observe la pièce autour de moi avant de me tourner vers mon frère. Quand nos regards se croisent, nous partons dans un fou rire incontrôlable. Le temps qu'on se calme et qu'on range tout, le repas a déjà refroidi depuis longtemps.
✖ Me, Myself & I ✖
Je ne suis pas arrogant, non, je ne pense pas, pas vraiment. Je suis réaliste, voilà tout. Même le dernier des idiots peut se rendre compte que je suis canon, c'est de notoriété mondiale. Non seulement je suis grand et musclé, mais en plus j'ai une bouille adorable. Et c'est pas moi qui le dit, demandez à mes deux millions de followers sur twitter, vous verrez. Et c'est normal que j'en profite, non ? Mais c'est pas parce que j'aime me balader torse-nu dès que je peux que je suis un tombeur ou quoi, c'est faux, au contraire, je suis un mec vraiment romantique en vrai. D'ailleurs j'ai tendance à trop vite m'emballer quand je suis dans une relation, et du coup, quand j'apprends que la fille est avec moi juste pour ma notoriété, évidemment, ça fait mal... Je devrais être habitué, à force, mais je ne sais pas, je dois être trop naïf, ou alors je vois trop de bon côté des gens, je sais pas. Je suis pas con pour autant, au contraire, je fais quand même des études à côté de mes entrainements et tout, et je m'en suis toujours sorti avec des notes correctes sans faire trop d'effort, mais ouais, j'ai tendance à pas être assez méfiant avec les gens. C'est la vie.

✖ Behind the screen ✖
âge • 16
prénom ou pseudo • Special Snowflake
sexe • HORAN THE WORLD? CURLS GIRLS Arrow Arrow
comment as tu connu le forum ? • Laughing
présence • 3 à 7/7 jours
autre chose ? • TOM FUCKING DALEY bed vénère
code du règlement • ok by the snowflake

image by consolation-prizes # code by shiya.


_________________

❝KISS ME LIKE YOU WANNA BE LOVED❞
Settle down with me cover me up cuddle me in lie down with me and hold me in your arms your heart's against my chest your lips pressed to my neck I've fallen for your eyes but they don't know me yet and the feeling I forget I'm in love now


Dernière édition par Jesse O. Waters le Lun 27 Aoû - 16:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

BIG BAD WOLF"I just want revenge"


✖ MESSAGES : 36
✖ POINTS : 39
✖ EN VILLE DEPUIS LE : 24/07/2012

MessageSujet: Re: JOW ♔ I'm falling for your eyes but they don't know me yet   Dim 26 Aoû - 16:57

raah coeur aww mon petit frère adoré ! (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Some are like water,
some are like the heat


✖ MESSAGES : 32
✖ POINTS : 18
✖ EN VILLE DEPUIS LE : 04/08/2012

♪ OH GIVE ME LOVE.
“ Tell us who really matters:
“ What's your motto?:
“ Statut de Rp:

MessageSujet: Re: JOW ♔ I'm falling for your eyes but they don't know me yet   Dim 26 Aoû - 21:14

Fréroooooooooooo cute

_________________

❝KISS ME LIKE YOU WANNA BE LOVED❞
Settle down with me cover me up cuddle me in lie down with me and hold me in your arms your heart's against my chest your lips pressed to my neck I've fallen for your eyes but they don't know me yet and the feeling I forget I'm in love now
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JOW ♔ I'm falling for your eyes but they don't know me yet   

Revenir en haut Aller en bas
 

JOW ♔ I'm falling for your eyes but they don't know me yet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» La mythologie de Falling Angels
» Myst eyes
» [Cinéma] Eyes wide shut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baile Átha Cliath  :: DESCRIBE YOUR CHARACTER :: Tell us who you are...-